AccorHotels dévoile son innovation lors du festival international de la photographie. Ses containers Flying Nest sont installés près du "Magasin électrique (bâtiment d'exposition) et en bordure de "La plage électrique". Un spot très couru lors des Rencontres pour sa guinguette éphémère, les pieds dans le sable et en musique avec des DJ set ! Photo : Rencontres d'Arles.

Ils firent leur apparition en 2010 au Havre pour équiper les 100 studios de 25 m2 de la résidence étudiante A Docks. Mais depuis lors, les conteneurs maritimes recyclés à usage d'hébergement n'ont jamais vraiment séduit l'hôtellerie, contrairement à d'autres secteurs, comme l'événementiel, les base-vies ou même la Restauration.

L'intérêt récent de quelques indépendants (comme Naia Village à Barcarès ou des hôteliers restaurateurs du Vercors) et surtout, de la chaîne leader en Europe, AccorHotels, pourrait relancer ce type de concept, dès lors que deux conditions au moins sont réunies. Qu'il existe un marché pour ce type de produit, insolite et d'un confort limité de prime abord. Et que l'on puisse donner à la coquille vide que constitue au départ le container une forte valeur ajoutée esthétique, décorative et fonctionnelle.

Cette valeur ajoutée semble bien apportée dans le concept Flying Nest imaginé par AccorHotels, avec le concours du designer Ora-ïto (à qui l'on doit notamment l'hôtel Yooma Hôtel à Paris) et d'une start-up lyonnaise, Capsa, spécialiste de la transformation de ces modules, que l'hôtelier a choisi à l'issue d'un appel d'offres européen.

Quant au marché, le groupe hôtelier le dessine ainsi dans son communiqué de lancement. Il s'agit pour lui "d'offrir des "expériences de séjour uniques dans le cadre d’événements exceptionnels, culturels, sportifs et de artistes et de répondre aux besoins d’hébergement lorsque la capacité hôtelière est saturée."

AccorHotels assure avoir été convaincu de se lancer après le "succès" de son projet pilote, testé en France notamment lors des 24 heures du Mans, il est aujourd’hui en phase de commercialisation sur le marché BtoB, qui ne sera pas d'ailleurs exclusif.

« Développé à l’origine pour une clientèle BtoB (agences événementielles, organisateurs de salons, festivals, événements, corporate, partenaires AccorHotels…), le concept Flying Nest pourra également être proposé à une cible BtoC courant 2019 », a déclaré Sébastien Dupic, directeur New Business AccorHotels.

Un ilôt Flying Nest en version 6 modules

« L’agencement des îlots, la terrasse ainsi que la grande ouverture sur l’extérieur dont bénéficie chaque chambre, permettent aux clients de vivre leur séjour en totale immersion, au coeur de l’expérience », selon Damien Perrot, senior vice président Design de AccorHotels. Outre le confort partagé et un design léché signé Ora-ïto, le montage et le démontage rapide sont un autre grand atout de ses nids volants . (Photo : Sébastien Dupic).

Spécificités d’un ilôt Flying Nest dans sa version 6 modules

  • 6 modules (correspondant chacun à un container de 20 pieds, soit environ 6 m de long par 2,5 m de large)
  • 5 modules chambres + 1 module local technique
  • Taille au sol : 14 x 10 mètres
  •  Hauteur : 6 mètres
  • Poids approximatif : 35 tonnes
  • 4 mètres de séparation à prévoir entre chaque îlot
  • ½ journée de montage / ½ journée de démontage par îlot
  • 2 jours ½ d’autonomie
Un confort proche de celui d’une chambre d’hôtel et une grande luminosité naturelle

  • une literie Sweet bed by ibis
  • une salle d’eau privée
  • un espace de vie climatisée
  • plusieurs prises électriques
  • une solution wi-fi mobile
  • des enceintes Bluetooth

Une solution d’hébergement éphémère mais durable, éco-conçue

Matériaux bruts et naturels (acier et bois), techniques et équipements ont une teneur écologique et une aptitude à la durabilité : commodités labellisés fair trade, peinture éco-labellisée, bardage en bois issu de forêts écogérées, éclairage LED…. Et les modules fonctionnent en partie à partir d’énergies vertes (récupération des eaux grises…).

VOS RÉACTIONS

Laissez votre commentaire