Le Fish & Frites Léon de B se compose d’un poisson frais frit dans une pâte tempura à beignet préparé à la minute, accompagné d’un quart de citron, d’une sauce tartare et de frites fraîches. Le poisson utilisé est de l’eglefin, en filet. Contrairement au Royaume-Uni, patrie de la recette, où l’on emploie plutôt du cabillaud (ou du haddock dans le nord du pays), servi avec des chips, de formes grossières (rien à voir les longilignes french fries), mais en principe artisanales.

Léon de B, le concept jeune et urbain du groupe Léon de Bruxelles, s’est implanté dans le 19 ème arrondissement de Paris (depuis le 12 mai), en affichant de grands changements par rapport au pilote testé à Lyon depuis 2013.

Si la décoration du cadet parisien reprend quelques signatures fun de son ainé lyonnais (comme les lampadaires en forme de cocottes retournées), c'est surtout par sa carte qu'il innove et qu'il incarne les nouvelles tendances produits de la marque. Très marquée jusqu'à maintenant, trop sans doute, par ses inamovibles formules de moules-frites.

Plusieurs nouveautés garnissent l'offre du Léon de B parisien. Tout d'abord l'introduction d'un espéré futur emblème Léon, le Fish & Frites. Le filet d'Eglefin "pêché en pleine mer" utilisé pour cette variation Léonienne de la célèbre recette Brit a conduit l'enseigne à mettre en place un partenariat Qualité avec des artisans pêcheurs, comme elle le fait déjà avec des producteurs de moules. Ce Fish & Chips est un choix différenciant pour Léon, dans un paysage concurrentiel quasi saturé d'adresses de burgers vite qualifiés de gourmets.

Autre lancement, d'un même degré d'importance : la généralisation sur tout le réseau Léon de la frite fraîche, à la place de la surgelée. Une variété Bintje cultivée en Belgique et dans le nord de la France. La fraîcheur, l'ultra fraîcheur justement, c'est le message que veut marteler la direction de Léon désormais.

La carte volontairement plus courte de Léon de B met donc en avant ce Fish & Frites, mais aussi deux burgers pur boeuf ou fish et trois grandes assiettes composées. Et, bien sûr, une panoplie de demi-cocottes de moules.

L'ultime innovation importante nous semble être la mise en place d'un offre de bar à bières, capable de générer des revenus en dehors des heures de déjeuner et de dîner. Elle s'articule autour d'une sélection de bières pressions artisanales de la brasserie belge Saint-Feuillien. Les clients pourront accompagner leur "Belge Hour" (1 bière achetée = 1 bière offerte entre 17 h et 19 h) d'une planche à partager, garnie de rillettes de maquereaux, terrine de pâté de campagne, 1/2 saucisse sèche et "croque" genre monsieur.

Ce bar illustre d'ailleurs l'autre idée force du concept Léon de B revisité, devenir un restaurant de proximité, personnalisé et adapté à son marché local. Ici en l'occurrence, Rosa Park, un nouveau quartier mixte (résidentiel et bureaux) traversé par le tramway, où il sera commode, et espérons le agréable, de savourer une bière à la sortie du travail ou d'une séance de ciné au multiplexe UGC Ciné Cité tout proche.

Reportage exclusif dans le premier Léon de B parisien


Léon de B par Léon de Bruxelles, ou comment faire du neuf quand on est ancien ! Laurent Gillard, le patron du groupe, nous fait découvrir la nouvelle adresse parisienne et explique le positionnement et la stratégie d’implantation de deux enseignes fausses jumelles.

La carte de léon de B.

ffeb6d3c948c2c0978ab29df0b2ee184.clandscape_l_hd

Faits et chiffres clefs sur Léon de Bruxelles
  • 78 restaurants dont 76 restaurants Léon de Bruxelles et 2 Léon de B
  • 42 restaurants ces 10 dernières années dont deux Léon de B
  • 1989 : année d’ouverture du premier resto français, place de la République à Paris
  • 2013 : ouverture du premier Léon de B à Lyon (notre reportage)
  • 1 500 salariés
  • 116,7 millions d’euros HT de volume d’affaires sous enseigne en 2015 (- 0,5 % par rapport à 2014)
  • 24 ème rang de la restauration commerciale française (source BRA)
  • actionnaires majoritaires : Eurazeo PME et Cerea Capital
  • président du Directoire Laurent Gillard
  • président du Conseil de Surveillance Michel Morin
  • 1 200 tonnes de frites fraîches / an
  • 3 500 tonnes de moules fraîches / an

VOS RÉACTIONS

Laissez votre commentaire