Le taux d'occupation des hôtels de Luxe de Cannes a reculé de 17,6 % en mai (TO de 58,3 %) tant que leur prix moyen par chambre occupée reculait de 10,6 % (508 euros), malgré la tenue de grands événements annuels (festival de Cannes et grand prix de Monaco). Ici une vue de la suite de 150 m2 Melodie (en hommage à Jean Gabin et Alain Delon et au film Mélodie en sous sol), situé sous la célèbre coupole Est de l'établissement.

Les mois se suivent et ne ressemblent pas pour l'hôtellerie française. Après avoir sur performé en avril, grâce au retour confirmé de la clientèle internationale et à un calendrier scolaire favorable, l'activité a légèrement fléchi en mai, d'avantage en terme de prix moyen (-1,1 % en global France) que de fréquentation (elle se maintient globalement), si l'on en croit les deux indicateurs conjoncturels UMIH/Olakala (MKG group) et In Extenso Tourisme Culture Hôtellerie.

Un fléchissement observé surtout en province, en particulier sur la Côte d'Azur, où la catégorie Luxe est en recul contrairement à la plupart des autres régions. Exception faite de Paris où la fréquentation et les prix moyens dans les 5 étoiles et les Palace a également baissé.

En cumul sur cinq mois, de janvier à mai 2017, les performances restent en progression par rapport à 2016 et 2015 mais globalement n'ont pas encore retrouvé les niveaux des exercices 2013 et 2014 ante-attentats.

les deux indicateurs pour le mois de mai et les quatre mois janvier-mai 2017

(indicateur In Extenso THR)

Définitions
TO = Taux d’Occupation
RMC = Recette Moyenne par Chambre louée
RevPAR = Revenu moyen par chambre disponible

  • Région parisienne : seule la catégorie Luxe enregistre des performances en retrait (taux d’occupation et prix moyen) quand l’ensemble des autres catégories sont en progression. Les catégoriesEconomique et Milieu de Gamme  affichent de très bons taux d’occupation, dépassant la barre des 80% au mois de mai, proche des 80% en cumul depuis le début de l’année.
  • Côte d’Azur : les indicateurs sont en retrait sur l’ensemble des catégories, excepté le prix moyen sur le segment Luxe. Les RevPAR sont en recul de -6% sur l’hôtellerie Milieu de gamme à -13% sur le segment Super-économique. Les évènements annuels du calendrier évènementiel (Grand Prix de Monaco ou Festival de Cannes) permettent simplement la bonne tenue des prix moyens.
  • Province (hors Côte d’Azur) : l’hôtellerie d’entrée de gamme affiche des RevPAR en repli (-3% sur la catégorie Economique et -4% sur la  Super-économique). Mais contrairement à l’Île-de-France et à la Côte d’Azur, les catégories supérieures, en particulier celle du Luxe, enregistrent des RevPAR en progression.
Les chiffres de mai de l’observatoire UMIH – Okalala

Le cumul de l’activité de janvier à mai 2017

 

 

Observatoire_UMIH_052017

 

VOS RÉACTIONS

Laissez votre commentaire