Le déploiement d’un nouveau concept Hippopotamus à partir du quatrième trimestre 2016 n'a pas permis pour l'instant d'enrayer le recul du chiffre d'affaires de l'enseigne, très impacté par la baisse de fréquentation du marché parisien. Ici le restaurant de Paris Bastille.

L'Autorité de la concurrence a donné mardi 23 mai son feu vert au projet de rachat de Groupe Flo par le Groupe Bertrand, en expliquant dans un communiqué, "avoir conclu que l'opération n'est pas de nature à porter atteinte à la concurrence", a justifié l'organisme dans un communiqué.

Lors de l'annonce du rapprochement des deux entreprises fin avril, le pôle de restauration commerciale du groupe Bertrand comptait environ 650 restaurants quand Groupe Flo en détenait environ 300, rappelle l'Autorité.

Ils "sont concurrents sur les marchés de la restauration commerciale en France mais, aux niveaux national et local, les parts de marché estimées de la nouvelle entité sont inférieures à 40%", a ajouté l'organisme.

Par ailleurs, l'Autorité a "relevé la présence de nombreux concurrents dont les établissements se situent à proximité des restaurants des parties". L'Autorité de la concurrence a autorisé l'opération pour laquelle les protocoles d'accord nécessitent d'être homologués par le tribunal de commerce de Nanterre.

Groupe Flo avait annoncé mardi 26 avril avoir conclu un accord de restructuration de sa dette prévoyant son passage sous le contrôle du Groupe Bertrand (Burger King, Quick, Lipp, Procope, La Lorraine, Au Bureau...).

Le Groupe Bertrand va prendre le contrôle de Groupe Flo via une augmentation de capital d'un montant maximal de 72,3 millions d'euros, selon le communiqué du Groupe Flo.

Parallèlement, un accord a été conclu pour restructurer la dette bancaire, qui va être divisée par cinq à environ 15,4 millions d'euros, BNP Paribas et Banques Populaires ayant accepté de renoncer à 50% de celle-ci, ajoute-t-il.

"Cette opération devrait permettre à Groupe Flo de résoudre les difficultés qu'elle rencontre sur ses marchés et dans ses activités en s'adossant à un grand industriel du secteur disposant de 20 ans d'expérience sur le marché français de la restauration", estime le groupe en difficulté.

Au terme de la recapitalisation, réalisée à 10 centimes par action, Groupe Bertrand détiendra entre 70% et 98% du Groupe Flo. Au moment de la suspension de cotation du titre le 10 avril, l'action avait été soutenue par des rumeurs et valait 1,35 euro. La cotation reprendra mercredi.

L'assemblée générale de Groupe Flo se prononcera sur l'augmentation de capital le 9 juin.

Parallèlement, le Groupe Flo est entré en négociations exclusives avec le groupe Le Duff (Brioche Dorée, Del Arte) pour lui céder son enseigne Tablapizza et ses 332 restaurants. Le groupe breton annonçait le jeudi 27 avril avoir conclu positivement. Ainsi Del Arte, son enseigne de restauration italienne, atteindra 320 millions d'euros de chiffre d'affaires pour 224 restaurants, qui annonce, en plus du rachat de Tablapizza, vouloir ouvrir 16 nouveaux restaurants Del Arte en 2017.

Dans une mauvaise passe depuis plusieurs années, à la suite notamment de l'érosion de la fréquentation de ses restaurants, Groupe Flo a doublé ses pertes en 2016 et tentait depuis plusieurs mois de trouver de nouveaux investisseurs ou d'éventuels acquéreurs.

Le capital du groupe est actuellement détenu à 69,84% par la société par actions simplifiée Financière Flo, détenue par un consortium d'investisseurs réunissant d'une part, la Compagnie Nationale à Portefeuille (CNP) et Ackermans & van Haaren (AvH) et, d'autre part, Tikehau Capital. Le reste du capital est coté. (AFP)

Numéro 2 de la restauration commerciale française derrière McDonald's, Groupe Bertrand réalise aujourd’hui plus de 1,3 milliard d’euros de ventes à l’enseigne avec 650 restaurants et près de 11 000 salariés en France sur différents segments : restauration rapide (Burger King, Quick), restauration à thème (Au Bureau, Café Leffe), concessions (La Villette, Musée des Invalides, Jardin des Tuileries….), brasseries parisiennes (Lipp, L’Alsace, le Procope, le Pied de Cochon, la Lorraine, etc.) et la marque Angelina développée en France et à l’étranger.

Le recul des ventes se creuse encore au premier trimestre 2017

Les pertes également…

VOS RÉACTIONS

Laissez votre commentaire