Parce que le potentiel de rayonnement de la toute jeune Fête de la Gastronomie est important mais loin d'être atteint, le gouvernement ne s'est pas contenté de gérer l'oeuvre de son prédécesseur,

Lors du lancement de la troisième édition le 9 septembre, la ministre de l’Artisanat, du Commerce et du Tourisme, Sylvia Pinel, était entourée de chefs participants, dont Thierry Marx, parrain de cette édition 2013.

Parce que le potentiel de rayonnement de la toute jeune Fête de la Gastronomie est important mais loin d’être atteint, le gouvernement ne s’est pas contenté de gérer l’oeuvre de son prédécesseur, il lui a surtout donné une ampleur nouvelle.

Après une édition 2012 qui semblait stagner, son troisième chapitre a franchi au contraire un pallier, battant au passage des records d’affluence.

Selon le premier bilan fourni par Bercy, 7 650 évènements ont été organisés en France et à l’étranger, entre le 20 et le 22 septembre. C’est plus du double que l’an passé et d’avantage qu’en 2011. Ils ont mobilisé 230 000 professionnels de tous les métiers liés à la gastronomie, ainsi que de nombreux élus et collectivités territoriales. Les actions se sont déroulées dans plus de 2 000 villes, 22 régions métropolitaines et 4 départements d’outre-mer. Par ailleurs, 86 événements ont été organisés dans 9 pays étrangers, de l’Argentine à la Lituanie, des Etats-Unis au Kazakhstan.

Cette réussite, qui peut encore sans doute s’amplifier dans les années à venir, on la doit à de multiples acteurs, de l’Etat au terrain.

En premier lieu à Sylvia Pinel : la ministre de l’Artisanat, du Commerce et du Tourisme a su fixer de nouveaux axes stratégiques pertinents. L’extension de la fête sur trois jours. Un déploiement plus marqué sur les territoires de l’hexagone et de la France maritime. Un développement à l’international. Et, essentiel pour la ministre, un plus grand accès de tous les publics aux événements.

Un succès qui doit aussi au bras armé du ministère, le commissariat à la Fête de la Gastronomie, sous la houlette de Sophie Mise Le Bouleise, sa commissaire générale.

Cette fête, bien entendu, doit surtout à l’engagement des restaurateurs, des artisans des métiers de bouche, des producteurs agricoles et des organisations professionnelles et syndicaux. Mais là aussi, leur mobilisation pourrait aller crescendo lors des années à venir.

Pour cette troisième édition, HR-infos a suivi Sylvia Pinel tout au long de son périple sur la première journée de la Fête, cinq rendez-vous étaient inscrits à son agenda. Le lendemain, la ministre gagnait les Ardennes pour assister à Sedan à la finale du Concours de Cuisine amateur. Avant de rejoindre le dimanche son cher Tarn-et-Garonne où elle était conviée à un banquet populaire donné à l’Abbaye de Belleperche à Cordes-Tolosannes.

Le site officiel de la Fête de la Gastronomie

Les projets inédits de l’édition 2013

-*« 27 régions, 27 chefs, 27 recettes »
-**27 grands chefs des 27 régions françaises ont créé des recettes simples et gastronomiques, avec les produits de leurs régions, à 5 euros (pour la préparation), qui sont offertes à tous sur le site de la Fête

-*« Dessine-moi ton plat préféré »
-** Un grand concours national de dessin pour les 8-11 ans a été organisé pour sensibiliser les plus jeunes à la gastronomie. Les enfants avaient jusqu’au 16 septembre pour envoyer leur dessin accompagné de quelques lignes racontant leur passion de la cuisine. Les résultats

-*Un concours de cuisine amateur dans toutes les régions de France
-**Parrainé par Michel Guérard, ce concours est organisé pour tous les passionnés de cuisine. Les participants doivent réaliser une recette en direct en utilisant un panier imposé de produits du terroir. La finale nationale a eu lieu le 21 septembre 2013 à Sedan.

—————-

Reportage : Emilie Darnaud et Nathaël Rusch/HR-infos

Texte : Jean-François Vuillerme


————–

VOS RÉACTIONS

Laissez votre commentaire