Beaucoup d'hôteliers se posent encore la question de savoir s'il faut absolument être présent sur ce réseau social. D'autres s'y ruent déjà, les restaurateurs restant en retrait

Pour les établissements, l’utilisation du numéro 1 des réseaux sociaux a surtout une vocation de marketing et de communication : développer leur notoriété, leur image et créer une communauté de clients. En revanche, ils exploitent encore peu son potentiel commercial. Facebook peut constituer pourtant un canal complémentaire de vente directe.

{{Ecouter notre reportage}}

Beaucoup d’hôteliers se posent encore la question de savoir s’il faut absolument être présent sur ce réseau social. D’autres s’y ruent déjà, les restaurateurs restant en retrait. Comment procéder ? Combien ça coûte ? Quelles sont les erreurs à ne pas commettre? Peut-on attendre un retour sur investissement ? Reportage auprès d’hôteliers et d’experts en pointe en la matière.

Les témoins de notre reportage

De gauche à droite : Nelly Fhima (Post and Buzz), Nicolas Sartorius (NSink) et Sophie Berdah (Le Citizen Hotel).

Les règles d’or Facebook selon Nicolas Sartorius

-*Y être présent !
-*Créer une page attractive
-*Animer votre page quotidiennement (ou quasi quotidiennement)
-*Diversifier vos publications
-*Intéresser votre communauté avec des contenus pertinents et exclusifs
-*Faire interagir votre communauté
-*Créer du Buzz
-*Partager vos avis clients
-*Maitriser les débats sur votre page
-* Faire la promotion de votre page !

… Et les pièges à éviter !

-*Créer un compte profil au lieu de créer une page Fan Facebook
-*Créer une page et la laisser à l’abandon en restant inactif
-*S’adresse seulement à un public français
-*Négliger l’orthographe, la syntaxe et la grammaire de vos publications
-* Publier tous vos billets d’un seul coup, à seulement quelques minutes d’intervalle

« Le succès de votre présence sur les réseaux sociaux repose sur quelques principes »?

Les recommandations de Nelly Fhima

– «Donner envie à votre lecteur de vous lire et de faire partager votre actualité : humour, innovation, avantages accordés aux fans.»

– «Maintenir de manière régulière votre page : répondre aux questions posées, apprécier et prendre en compte un commentaire, qu’il soit positif ou négatif.»

– «Que ce soit en complément ou en substitution d’un site web, votre page fan est le reflet de votre entreprise, ne négligez pas son apparence, soignez le fond et la forme».

– «Contrairement aux pages personnelles, vous ne vous adressez pas à vos amis, mais à un réseau de personnes qui vous découvrent.»

– «Démarquez-vous des autres en mettant vos atouts en avant, modérez le volume de vos publications. Il ne s’agit pas d’envahir le mur d’actualités de ceux qui vous suivent, mais de les informer de manière attractive!.»

( Extrait du livre « Créateurs d’entreprise, optimisez votre développement grâce au web »? « ? (Auteurs: Alexandre Aymé, Antoine Gastal, Mathieu Gastal) – Editions Dunod « ? sorti en octobre 2011)

Les murs Facebook du Citizen et du Seven

Lien sur l’image

Et la restauration ?

Pourquoi elle ne s’ intéresse pas à Facebook ?

A la fois pour des raisons de taille, de manque de temps et de maturité, expliquent les deux experts. En outre, les agences web sollicitent encore peu les restaurateurs, d’autant qu’ils semblent difficiles à convaincre. Assez rares, en dehors des groupes, sont ceux qui ont déjà une démarche proactive sur internet. Et des milliers ont laisser filer une partie substantielle de leurs marges dans les commissions versées aux distributeurs. Ils sont donc réticents à aller plus loin sur le web.

Pourquoi elle devrait s’y intéresser ?

Pour recréer un lien direct avec le client, sans intermédiation justement. A moyen terme, Facebook peut constituer un canal de promotion et de vente directe.

Pour communiquer quoi ?

Sur les changements de menus, de décors, sur les événements-animations, les conseils et recettes du chef agrémentées de belles photos. Et puis il est possible aussi d’implémenter un module de réservation en ligne.

A quels types de restaurants s’adresse-t-il?

Plutôt aux grosses structures. Mais aussi aux établissements, petits ou grands, à forte valeur ajoutée culinaire ou événementielle. Dans tous les cas, les règles d’or demeurent les mêmes : créer une page Fan, c’est l’animer, encore plus fréquemment qu’un site internet. Faute de quoi, les Fans se feront rares et déserteront.

——————-

Reportage : Solenne Le Hen

Photo : © rikilo – Fotolia.com

—————-

VOS RÉACTIONS

Laissez votre commentaire