Façade du Brussel Easyhotel Zilverstraat. EasyHotel dispose de huit adresses en Europe continentale, mais aucune en France. La difficulté pour EasyHotel est d'identifier des emplacements répondant à ses critères et des investisseurs pour l'accompagner. Mais le produit hôtelier "super budget" et sa commercialisation semblent déjà bien maîtrisés, avec des TO approchant 80 % pour les franchisés et des RevPar tutoyant les 60 euros.

La filiale d'EasyJet avait déjà annoncé en 2016 son arrivée imminente en France, mais n'avait pas concrétisé de projet deux ans plus tard. Fin 2018, la compagnie britannique relance sa communication par la voix du directeur financier d'EasyHotel, également chef du développement. Marc Vieilledent annonce cette fois l'implantation d'ici à cinq ans de 15 établissements situés à Paris et en province.

Cotée en bourse au London Stock Exchange, EasyHotel est tenue à une certaine transparence sur son pipeline. Les documents officiels les plus récents font état d'une ouverture potentielle à l'horizon 2020 d'un 200 chambres à proximité d'un grand aéroport français, avec un bail à nouvelle construction. Mais dans le dernier pipeline en date (mai 2018) présenté aux investisseurs, aucun des 18 projets identifiés à ce jour et réalisés en principe d'ici fin 2021, ne concernait la France.

L'implantation de la marque EasyHotel dans l'hexagone a donc clairement pris du retard. Mais elle reste l'un de ses objectifs prioritaires. "Avec 83 millions de touristes étrangers annuels, auxquels il convient d'additionner le tourisme domestique, la France représente un marché hôtelier majeur", reconnait Marc Vieilledent.

EasyHotel estime évidemment avoir des atouts. "Nous sommes convaincus que notre offre, fondée sur la simplicité et le confort, correspond à une réelle demande sur le marché hexagonal, argumente Marc Vieilledent. Les bons résultats affichés par les hôtels que nous avons ouverts dans différents pays démontrent l'efficacité de notre business model."

Fondé en 2004 (avec une première adresse ouverte en 2005), EasyHotel contrôle 33 hôtels totalisant 3 068 chambres, répartis dans 9 pays et 27 grandes villes, principalement d'Europe (hormis Dubai). Le Royaume-Uni présente à lui seul 17 établissements, dont 7 situés à Londres. 23 de ses hôtels (1 938 chambres) sont franchisés, les autres sont gérés en direct.

De fait, EasyHotel possède, développe, opère et franchise ses hôtels. La compagnie n'exclut donc pas de convertir des hôtels existants aux normes EasyHotel, ou d'acquérir des bâtiments, pour les transformer en hôtels.

Sur les six premiers mois de son exercice 2017-2018 (clos le 30 mars 2018), les ventes totales d'EasyHotel (assimilable au volume d'affaires, incluant les nuitées facturées aux clients et les honoraires payés par les franchisés) se montaient à 16,10 millions de Livres (18,2 millions d'euros), en progression de +33,6 % sur la même période 2016-2017 (les chiffres à périmètre constant ne sont pas communiqués). Quant au chiffre d'affaires d'EasyHotel, il a progressé de + 51,7% à 4,76 millions de Livres (= 5,45 millions d'euros). Enfin sa marge d'Ebitda s'élève à 23,6 % contre 20,7 % sur le 1er semestre de l'exercice précédent.

Disponibles seulement pour l'exercice 2017, les taux d'occupation s'élevaient à 77,7 % pour les franchisés (vs 74,5 % en 2016) et à 86,7 % (vs 82,1 % en 2017 )pour les succursales. Tandis les RevPar se montaient à 49,4 £ (= 56,3 €) pour les franchisés (vs 42,6 £ en 2016) et à 41,9 £ (= 47,9 €) pour les succursales (vs 40 £ en 2016).

Le fonds luxembourgeois Icamap (fondé par Guillaume Poitrinal, ex Unibail-Rodamco) est devenu en mars 2018 premier actionnaire de la chaîne hôtelière, portant sa participation de 29,9 à 38,7 %, à la suite d'une augmentation de capital. Easygroup Holding contrôlé par Stelios Haji-Iannou (fondateur d’easyHotel et d’easyJet) rétrograde au rang de deuxième actionnaire, avec près de 24 % du capital.

La plateforme internet d’EasyHotel

EasyHotel, à l’instar de sa maison mère EasyJet, excelle dans le revenu management. Les prix affichés ici sont des prix a minima exceptionnels ne correspondant pas à la réalité des tarifs moyens pratiqués sur ces destinations ni à la fourchette des prix.
Néanmoins, un rapide comparatif, avec l’aide de Trivago et de Booking, sur ces quatre destinations autorise à conclure que les tarifs des EasyHotels sont parmi les plus bas voire les plus bas de ceux proposés dans leur catégorie (1 ou 2 étoiles).

VOS RÉACTIONS

Laissez votre commentaire