Le chiffre d'affaires potentiel de ce contrat devrait dépasser les 50 millions d'euros. En 2016, selon le rapport d'activité de la SETE, le CA de la restauration du site s'élevait déjà à 39,9 millions d'euros (hors taxes), pour un bénéfice net de 5 millions d'euros. Ici, une vue de la salle du restaurant Jules Verne, l'établissement gastronomique de la tour Eiffel.

Déboutés le mercredi 23 août par le tribunal administratif de Paris, le chef Alain Ducasse et le groupe Elior, qui voulaient faire suspendre l'attribution du contrat de concession de la restauration de la Tour Eiffel au groupe Sodexo associé à Frédéric Anton et Thierry Marx, ont décidé de se pourvoir en cassation, si l'on en croit un communiqué de leur avocat Frédéric Thiriez.

"La société Excelsis, associant les groupes Ducasse et Elior, se pourvoira en cassation devant le Conseil d'Etat dans les jours qui viennent", peut-on lire dans ce communiqué. Excelsis déposera ensuite "un recours en contestation de validité du contrat" devant le tribunal administratif de Paris.

Lors des plaidoiries devant le juge administratif, le 16 août, la partie Ducasse avait invoqué un "manquement au principe d'impartialité" : le cabinet Nova Consulting, à qui la SETE (Société d'Exploitation de la Tour Eiffel) a confié la notation des offres, avait été le conseil de Sodexo, ce qui génère un "conflit d'intérêts".

"La relation entre Nova Consulting et Sodexo s'est terminée le 4 août 2015", avait répliqué la partie adverse lors de l'audience, assurant que "Sodexo a déposé une meilleure offre". La Société d'exploitation de la Tour Eiffel (SETE) estime que "le tribunal administratif a reconnu que la consultation menée par la Société d'Exploitation de la Tour Eiffel s'était déroulée dans le plus strict respect des lois en vigueur".

Le 30 juillet, Sodexo Sports et Loisirs annonçait avoir remporté l’appel d’offres de la SETE, lui attribuant pour 10 ans la gestion de l'ensemble de ses structures de restauration sur le site. A savoir le restaurant gastronomique le Jules Verne situé au 2ème étage de la tour, la Brasserie le 58 Tour Eiffel implanté au premier étage, différents point de vente à emporter sur le parvis et à chaque étage de la tour, et enfin le restaurant d'entreprise de la SETE qui compte près de 350 salariés. Le contrat prendra effet le 1er octobre 2018.

Sodexo s'est associé pour ce contrat avec le chef MOF Frédéric Anton, à la tête du restaurant Pré Catelan (3 étoiles Michelin), qui se chargera du restaurant le Jules Verne, ainsi qu'avec Thierry Marx (2 étoiles Michelin pour le "Sur Mesure" à l'hôtel Mandarin Oriental de Pais et de multiples autres activités de conseils, de formation et de boulangerie) qui prendra la direction de la brasserie et des points de vente à emporter.

L'attelage Sodexo-Anton-Marx succède à Alain Ducasse qui pilotait le Jules Verne depuis dix ans. L'entrepreneur franco-monégasque était associé depuis 2017 au groupe Elior, après avoir été en affaires avec Sodexo de 2000 à 2015 (notamment pour des prestations de conseil en restauration collective et auprès d'établissements comme le Lido et les Bateaux Parisiens).

« Nous étions confiants car nous connaissons notre offre, ses atouts et surtout la rigueur avec laquelle nous avons travaillé sur ce projet et avec laquelle nous travaillons depuis toujours », indique Nathalie Bellon-Szabo, directrice Générale Monde Sodexo Sports et Loisirs en réagissant à la décision.

Les chefs Frédéric Anton et Thierry Marx cumulent cinq étoiles Michelin et ont en commun d’avoir été jurés dans des émissions TV comme « Master Chef » et « Top Chef ».

Pour la Société d’Exploitation de la tour Eiffel (SETE), la « force de la candidature gagnante » a été « sa capacité à repenser de A à Z l’expérience de restauration de la tour Eiffel », indique un communiqué qui évoque un « saut qualitatif fort » en matière d’offre culinaire, commerciale, architecturale ou de « projet socio-environnemental ».

L’offre de restauration sera plus diversifiée, adaptée à tous les publics et toutes les bourses, selon la SETE qui insiste sur le « projet environnemental particulièrement ambitieux » du duo gagnant, avec par exemple sa volonté de promouvoir une cuisine locale et sans déchets.

Le groupement va investir 25 millions d’euros, dont 20 millions d’ici 2020, avec un objectif de progression de 35 % du chiffre d’affaires et du nombre de clients à 1,9 million en moyenne par an (contre 1,3 actuellement) sur dix ans

VOS RÉACTIONS

Laissez votre commentaire