Propriétaire de cet Hôtel -musée de 154 chambres depuis 1957, Jeanne Augier a œuvré avec son mari Henri pour sa renaissance puis son rayonnement en France et dans le monde. Collectionneuse passionnée, elle a rassemblé plus de 6 000 œuvres d’art et de mobilier retraçant 5 siècles d’histoire de France, rendant un majestueux hommage aux talents français. C'est le le Roumain Henri Negresco qui a fait construire le bâtiment en 1912. Photo : François Vignola - Nice Matin

La célèbre propriétaire du prestigieux hôtel niçois Le Negresco, qui étonnamment n'était pas officiellement classé Palace mais qui avait la réputation de l'être, est décédée dans sa 96 ème année dans la nuit de lundi 7 à mardi 8 janvier.

Jeanne Augier s'est éteinte dans l'appartement qu'elle occupait au cinquième étage du 5 étoiles qu'elle dirigea pendant plus de 60 ans. Ses obsèques auront lieu samedi 12 janvier à 10 h. Après l'annonce de son décès, les drapeaux du Negresco ont été mis en berne pour rendre hommage à "Madame".

La santé de madame Augier, qui était atteinte de la maladie d'Alzheimer, déclinait au fil des mois. Selon le quotidien Nice-Matin, son état s'était "considérablement" détérioré depuis quelques jours, notamment en raison d’une infection pulmonaire. Elle avait même cessé de s'alimenter."

Après une plusieurs décennies de direction mêlant autoritarisme et paternalisme, Madame Augier, avait été placée sous tutelle depuis 2013, de même que l’ensemble de ses actifs, gérés par une administratrice judiciaire, Me Nathalie Thomas. Une procédure souhaitée par la Justice, qui soupçonnait des manœuvres frauduleuses autour de la vieille dame et voulait la protéger des sollicitations.

Sans enfants, Mme Augier avait créé en 2009 un fonds de dotation (Mesnage-Augier-Negresco) qui devrait gérer, en principe, son patrimoine à sa disparition, en tant qu'héritier et successeur. Les bénéfices de ce fonds appelé à devenir fondation devaient aller à la sauvegarde et au développement de l’hôtel, à la défense des animaux, aux personnes handicapées ainsi qu'au rayonnement de l’art français.

Mais sa succession du Negresco s’annonce en réalité compliquée en raison des convoitises et des conflits autour de l’hôtel. En 2017, le procureur de la République de Nice, Jean-Michel Prêtre, avait saisi le tribunal de commerce, considérant que l'établissement ne pouvait pas rester dirigé continuellement par un administrateur judiciaire.

La direction et les salariés, pressentant une prévente déguisée, ont obtenu que le dossier soit dépaysé à Marseille. Une enquête du Parquet national financier est en cours. Le domicile et le bureau de monsieur Prêtre ont fait l'objet d'une perquisition le 19 décembre.

Selon le quotidien Le Parisien, les enquêteurs veuent savoir si M. Prêtre aurait, en saisissant le tribunal de commerce en 2017, outrepassé ses pouvoirs voire favorisé un candidat repreneur.

Cet hôtel avait été estimé en 2016 à près de 400 millions d'euros. De son vivant, Madame Augier avait refusé toutes les offres d'achat émanant d'investisseurs étrangers et de groupes financiers. " Madame" voulait perpétuer au Negresco son identité française et son indépendance.

VOS RÉACTIONS

Laissez votre commentaire