Courtepaille a présenté fin mars ses nouvelles propositions contre les discriminations à l'embauche, celles-ci cette fois ont été jugées concluantes par l'agence Vigeo Eiris, selon un communiqué du ministère du Travail, de l’Emploi, de la Formation professionnelle et du Dialogue social, publié lundi 3 avril. La PDG de Courtepaille, Anne-Marie Costet, est venue dévoiler en personne le plan d'action de son groupe à la ministre du Travail, Myriam El Khomri.

Courtepaille a également signé le pacte en faveur de la lutte contre les discriminations selon les origines, rejoignant ainsi les 25 entreprises qui s’étaient engagées publiquement le 14 mars.

« La lutte contre les discriminations est un impératif de justice sociale et un enjeu pour notre économie, qui ne peut pas se priver des talents qui composent la nation, souligne Madame El Khomri. Le but de la démarche n’était pas de stigmatiser les entreprises, mais de les placer face à leurs responsabilités. Je ne peux donc que me réjouir que l’entreprise Courtepaille ait su revoir ses engagements à la hausse et rejoigne la dynamique initiée par les partenaires associatifs et privés qui s’engagent conjointement pour faire de ce sujet une priorité. »

Courtepaille ainsi qu'AccorHotels avaient été épinglés à la mi mars pour présenter "un risque élevé de discriminations" à l'embauche, selon l'origine des candidats, et pour n'avoir pas mis en place un plan d'action "satisfaisant" pour y remédier. Ce risque avait été mis en évidence par un "testing" lancé en 2016, à l'initiative du gouvernement, auprès de 40 entreprises de plus de 1000 salariés.

Les résultats, publiés en décembre, avaient révélé que 12 d'entre elles s'étaient rendues coupables de discriminations envers les candidatures "maghrébines". Leurs noms n'avaient pas été révélés, pour donner la possibilité de mettre en place un plan d'action, qui a été vérifié par l'agence d'audit Vigéo Eiris. Dans ces entreprises, le taux de réponses positives des "maghrébins" avait été inférieur de 15 à 35 points à celui des "hexagonaux".

Le plan d'action initial présenté par Courtepaille et AccorHotels n'avait pas été jugé suffisant par le ministère pour écarter les risques. Vigéo Eiris avait précisé de son côté que ces deux entreprises n'avaient pas pris d'initiatives suffisantes en termes d'engagements (communication en interne, accord d'entreprise, implication des syndicats ...)

S'agissant de Courtepaille, la cause est maintenant entendue, le groupe a réagi rapidement et son nouveau plan d'action satisfait les pouvoirs publics. Reste AccorHotels qui s'est engagé lui aussi à présenter un nouveau plan d’action, qui fera également l’objet d’une évaluation par Vigeo Eiris. Si son dispositif est suffisant, la ministre, comme vient de le faire pour Courtepaille, en fera également l'annonce.

Anne-Marie Costet, la pdg de Courtepaille est venue présenter elle-même ce plan d’action à la Ministre du Travail
Le Plan d’action anti-discriminations de Courtepaille

Suite au testing, Courtepaille a réorganisé les fonctions Support Ressources Humaines pour que sa politique RH soit maîtrisée et homogène entre siège et restaurants, notamment sur la prévention des risques de discrimination.
Courtepaille s’est engagé auprès du Ministère, à travers son plan d’actions, à formaliser davantage ses objectifs et les moyens de contrôle de son dispositif ; l’enjeu est de maîtriser les risques de discrimination, tant auprès de ses équipes, que des prestataires externes ou des candidats.

Courtepaille a notamment prévu :
• la nomination d’un-e Coordinateur-trice Diversité, fonction transversale dans l’entreprise
• la possibilité donnée à chaque candidat de remonter un « feedback » de son expérience à travers une adresse email dédiée, et pouvoir réagir par actions correctrices rapides
• des audits des candidatures rejetées
• l’intégration de la non-discrimination au travail dans un indicateur de satisfaction des collaborateurs.

Courtepaille a franchi cette première étape en signant le 3 avril 2017 le Pacte pour l’égalité de traitement des candidats dans l’accès à l’emploi quelles que soient leurs origines. Best Western, Starbucks, Elior font également partis des premiers signataires.

Le groupe entend rejoindre prochainement les 3 400 signataires de la Charte de la diversité dans l’entreprise, qui vise à faire respecter et à promouvoir la non-discrimination au sein des entreprises.  126 entreprises de l’Hôtellerie et la Restauration en sont actuellement signataires.

 

Faits et chiffres 2016
  • 4 200 collaborateurs sous enseigne
  • 56 nationalités
  • 5 000 recrutements par an
  • 286 établissements en France, dont 91franchisés (fin 2016)
  • 3 établissements sur 4 en province
  • 306 M€ TTC volume affaires sous enseigne) 2016
  • classé « Meilleur Employeur» (catégorie Hôtellerie Restauration) selon l’enquête indépendante du magazine CAPITAL
  • appartient majoritairement depuis septembre 2015 au fonds britannique Intermediate Capital Group (ICG). Cette prise de contrôle s’est effectuée dans des conditions fort complexes

 

 

VOS RÉACTIONS

Laissez votre commentaire