Le Terrass'Hôtel est l'un des 3 866 établissements à avoir obtenu la notation maximale signifiant qu'il ne présente pas de non-conformité à l'hygiène.

Les visiteurs ne se bousculent pas mais ils sont bien là ! Le ministère de l'Agriculture et de l'Alimentation vient de communiquer à HR-infos les premiers indices de fréquentation du site internet Alim'Confiance. Depuis son ouverture le 4 avril 2017, le site officiel d'information sur les contrôles sanitaires a reçu 729 000 visites uniques en l'espace de 7 mois (bilan au 28 novembre 2017). Quant aux applis mobiles, elles ont fait l'objet de 225 000 téléchargements.

Une moyenne de 600 connexions quotidiennes est actuellement enregistrée, sans qu'il soit possible d'affirmer qu'elles proviennent exclusivement de consommateurs. Près d'une connexion sur deux (43 %) est géolocalisée à Paris, très loin devant Lyon (7 %) et Bordeaux (5%).

Ouvert depuis avril 2017, le site www.alim-confiance.gouv.fr et ses applis mobiles (Apple, Android, et Windows) permet au public de connaître la notation des contrôles d'hygiène effectués par les services de l'Etat dans les restaurants, traiteurs, cantines, ou encore supermarchés et abattoirs. Quatre niveaux de notes possibles apparaissent sur des étiquettes bleues ornées de smileys blancs : « Très satisfaisant », « Satisfaisant », « À améliorer », « À corriger de manière urgente ».

HR-infos a effectué un nouveau recensement exhaustif des niveaux obtenus. Sur les 10 585 restaurants commerciaux pour lesquels les résultats d'inspection étaient disponibles le 6 décembre, 3 866 d'entre eux (36,5 %) obtiennent le niveau "Très satisfaisant", 5 985 (56,5%) le niveau "Satisfaisant", 686 (6,5 %) le niveau "A améliorer" et 48 (0,45 % !) le niveau "A corriger de manière urgente".

Seul le quatrième niveau induit un risque pour la santé publique et nécessite une fermeture d'urgence de l'établissement, expliquait en avril une responsable du ministère de l'Agriculture, qui pilote ce dossier, issu de la loi d'avenir de l'agriculture adoptée fin 2014. Les trois premiers niveaux n'impliquent « pas de risque pour la santé du consommateur », selon la responsable.

Une comparaison avec notre premier recensement effectué à l'ouverture d'Alim'Confiance ne permet pas de cerner une tendance d'évolution (l'objectif étant d'améliorer le niveau sanitaire), les établissements contrôlés n'étant pas identiques. Le 5 avril, date de notre recensement, 1 400 avis seulement étaient mis en ligne. 908 établissements (80,4 %) avaient alors obtenu le niveau "Très satisfaisant", 173 (15,3%) le niveau "Satisfaisant", 46 (4,1 %) le niveau "A améliorer" et 3 (0,3 % !) le niveau "A corriger de manière urgente".

Ce type de mesures de transparence a déjà été pris dans huit pays européens, essentiellement du Nord (Royaume-Uni, Pays-Bas, Belgique, Irlande, Danemark, Finlande, Lituanie, Norvège). Dans tous ces pays, la mesure s'est accompagnée d'une amélioration du niveau sanitaire des établissements, souligne le ministère. En dix ans, au Danemark, on a constaté une amélioration de 20 % du niveau global d'hygiène, selon la même source.

A la date du 5 décembre 2017, 48 restaurants sur 10 585 sont jugés insalubres


Le restaurant Del Papa  est actuellement ouvert, une procédure de contradictoire étant en cours. L’arrêté de fermeture n’a donc pas encore été publié. « Si un danger imminent avait été détecté pour la santé du consommateur, explique le ministère de l’Agriculture, des mesures d’urgence auraient été mises en œuvre et l’établissement aurait été fermé sans délai.»

« Un contradictoire est systématiquement établi avant la prise effective de la suite administrative afin de laisser la possibilité à l’exploitant de mettre en place les actions correctives, poursuit le ministère. A l’issue du contradictoire, la suite est prononcée et l’établissement est donc fermé. Ces délais sont jugés au cas par cas, en fonction de la nature des non-conformités et de la situation sanitaire de l’établissement. »

logo hr-infos

Ce n’est que notre avis (mais on le partage) (1)

 

 

Vraiment « anxiogène »  cette « transparence »…?

L’hygiène alimentaire est sous contrôle en France. Du moins si l’on en croît le résultat des inspections sanitaires de l’Etat.  96 % des établissements contrôlés en mars 2017 et affichés le 3 avril sur www.alim-confiance.gouv.fr satisfont en effet aux règles fondamentales. Et 1% seulement sur une période d’1 an, soit 550 sur 55 000, ont été jugés insalubres et ont du être fermés.

On ne voit donc pas pourquoi les consommateurs renonceraient à fréquenter les bons élèves ! Il est  trop tôt d’ailleurs pour affirmer qu’ils vont consulter en masse les applis Alim’Confiance (loin de faire l’unanimité de leurs premiers utilisateurs) et modifier leurs comportements d’achat. D’autant que l’affichage du niveau d’hygiène à apposer à l’entrée des restaurants n’est pas obligatoire et fournit de surcroît une information minimaliste (le niveau d’hygiène, sans autre explication). On peut le regretter. Le gouvernement a préféré concéder aux organisations professionnelles un affichage uniquement volontaire.

Beaucoup de bruits pour rien ou si peu ? Espérons que non. L’Etat n’aura vraiment réussi son pari de la « transparence » que si le nombre d’établissements présentant un niveau d’hygiène « Très satisfaisant » augmente significativement. C’est le cas au Danemark. Un pays beaucoup plus généreux d’ailleurs dans les informations sanitaires communiquées aux consommateurs à l’entrée de chaque restaurant.

(1) Cet avis d’HR-infos a fait l’objet d’une première publication le 5 avril 2017

Le décret paru le 17 décembre 2016
Smiley : la signification des quatre niveaux d’hygiène

4-niveaux-dhygiene

interligne nouveau site
Le disposition d’information Alim’confiance
transparence_dp

 

VOS RÉACTIONS

Laissez votre commentaire