Leur mission : réduire fortement l'attente à l'encaissement. 41 "Bornes Express" sont déjà installées dans treize restaurants d'entreprise franciliens gérés par Eurest, filiale de Compass Group France. Les lignes de distribution de ces unités ont également été réaménagées pour fluidifier le parcours des convives. L'objectif du groupe est de déployer 200 bornes d'ici septembre 2019. Il prévoit également de les déployer à l’International. Photo : Florian Léger

Depuis 2012, les consommateurs français ont pris progressivement l'habitude d'utiliser des caisses en libre-service dans certaines grandes surfaces. C'est autour maintenant de la Restauration Hors Domicile d'être gagnée par ce mode d'enregistrement et de paiement des achats. Mode qui semble irréversible, révolution digitale et intelligence artificielle oblige.

C'est ainsi que Compass Group France, filiale du leader mondial de la restauration sous contrat, a annoncé le 5 février une première mondiale avec le lancement de la Borne Express, une station d’encaissement « intelligent » intégrant une technologie de reconnaissance visuelle développée par la start-up française Deepomatic.

Pour les consommateurs qui fréquentent les cantines d'entreprise et d'administration, le passage en caisse est l'un des moments les plus agaçants de leur pause déjeuner. Difficile en effet d'accepter de bon coeur de poireauter de longues minutes avant de régler son plateau repas lorsqu'on n'en dispose que d'une trentaine à peine pour manger.

Compass Group a voulu faire disparaitre cette contrainte de l'encaissement "en redonnant la main aux convives et en rendant cette action intuitive et rapide". Après avoir consulté plusieurs entreprises, le groupe a finalement sélectionné la solution d'intelligence artificielle de la start-up française Deepomatic, spécialisée en reconnaissance d’images.

Après plusieurs mois de collaboration, les équipes Compass Group France et Deepomatic ont entraîné les « réseaux de neurones » de la Borne Express à identifier plats, produits, recettes... Celle-ci serait aujourd'hui en mesure de reconnaître plus de 10 000 produits et/ou recettes !

Comment cela se passe ? Lorsque le convive a fini de se servir, il dépose son plateau sous la borne. La caméra et le réseau de neurones de la borne reconnaissent en moins de 300 mille secondes (soit environ 1 tiers de seconde) la totalité du contenu du plateau. En cas de doute, la borne propose un choix restreint de produits pour que le convive n’ait qu’un seul clic supplémentaire à faire.

Ensuite, l’identification du convive se fait par simple passage de son badge et le règlement de son plateau en moins de 10 secondes. La borne permet de recharger le badge via un système de paiement sans contact (NFC) ou de régler directement, il en va de même lorsque le consommateur n’a pas de badge.

Officiellement, la borne n'a pas vocation à supprimer des postes d'employés de caisse. Il est permis toutefois d'en douter. Quoi qu'il en soit, les personnels concernés devraient se voir libérés de deux heures quotidiennes de tâches répétitives. Ils pourront ainsi se consacrer à des activités améliorant la qualité de service. Comme l’accueil, le réassort, le conseil sur l’offre proposée et l'assistance à l'utilisation de ces bornes, le personnel ayant été formé à leur utilisation.

Une innovation technologique développée avec la start-up française Deepomatic

La norme est équipée d’une caméra qui reconnait en moins de 300 millisecondes le contenu du plateau

Le taux d’erreur de ces Bornes Express n’excèderait pas 1 % contre 2 % pour le taux d’erreur humain et 10 % pour le taux moyen des appareils de scanning utilisés dans la grande distribution

La ‘Borne Express’ garantirait une expérience réussie tout en optimisant la fluidité à l’encaissement. 92% des convives ont déclaré être très satisfaits après avoir utilisé la borne.

Photos : Florian Léger

VOS RÉACTIONS

Laissez votre commentaire