Globalement fiables, indépendants et assez complets, tous les guides Michelin sont recommandables aux amateurs de cuisine gastronomique. En particulier le "Bib Gourmand", pour sa propension à sélectionner de très bonnes tables à des tarifs relativement accessibles. Photo extraite de la couverture du Guide 20198.

644 "Bibs Gourmands" cette année, 60 % d'adresses supplémentaires depuis 20 ans. "Bonnes petites tables" du Guide Michelin, ces "établissements coups de coeur sélectionnés par ses inspecteurs pour leur très bon rapport qualité-prix", constituent un baromètre de l'état de santé de la gastronomie populaire.

Pour entrer dans le guide des Bibs, les établissements doivent cumuler, en effet, deux critères : la qualité de leur cuisine et la disponibilité à chaque service d'un menu complet (entrée - plat-dessert), proposé à 33 euros maximum en province et 37 euros à Paris, avec le choix d'au moins deux entrées, deux principaux et deux desserts.

«En sillonnant les routes, nos inspecteurs ont constaté une nouvelle fois l’essor, partout en France, de ces petites tables qui privilégient une cuisine simple, souvent de marché, articulée autour de cartes courtes et de produits accessibles et de qualité » commente Michael Ellis, directeur international des guides Michelin.

Peut-on vraiment parler encore d'essor ? Plus vraiment. Depuis quelques années, en effet, le nombre d'établissements sélectionnés n'augmente plus. Un palier a sans doute été atteint après une belle progression jusqu'au milieu des années 2010.

En 1997, pour sa première édition, le Bib ne comptait que 400 adresses. 20 ans plus tard, en 2016, il en affichait 655. Leur nombre est retombé à 645 en 2017 et à 644 en 2018. En étant réparties sur environ 450 communes seulement et de manière disparate selon les régions. Seulement 12 communes d'Ile-de-France disposent d'un restaurant Bib sur leur territoire contre 42 dans la région Sud (anciennement Paca) et 55 en Rhône-Alpes.

A défaut d'expansion, il semble en tout cas que le tissu de la gastronomie abordable continue de se régénérer tant bien que mal. Les Bibs 2018 en effet affichent 105 nouvelles tables. Mais 108 autres en sont sorties. Trois raisons à cela. Ou bien elle ne proposaient plus de menus aux normes "Bib Gourmand" (les prix maxi étaient fixés à 32 et 36 EUR en 2017). Ou bien leur qualité a baissé. Ou bien encore leur adresse n'existe plus.

Disponible à partir du 17 janvier 2018 (17,90 euros), et à partir du 5 février sur le site www.restaurant.michelin.fr

La liste des 644 Bib Gourmands de l’édition 2018
guide MICHELIN BIB Gourmand France 2018_selection.docx
Extraits du communiqué de presse

« Si les Bib Gourmand sont répartis sur l’ensemble du territoire français, certaines zones se révèlent particulièrement  dynamiques comme la région Auvergne-Rhône-Alpes avec un total de 114 restaurants distingués d’un Bib Gourmand  dont 16 nouveaux, parmi lesquels La Flèche d’Argent situé à Royat près de Clermont-Ferrand, La Maniguette à  Chambéry,le chef Christophe Rochard, formé notamment chez Troisgros, est épaulé en salle par sa femme Audrey, ou encore Maison Gambert, une ancienne ferme située au milieu des vignes à Tain-l’Hermitage.

L’Ile-de-France, seconde région française en termes de nombre de Bib Gourmand, en compte quant à elle 75 dont 16  nouveaux, à l’image de Etsi, situé dans le 18ème arrondissement de Parisla chef Mikaela Liaroutsous sert une cuisine aux influences grecques ; Kisin, qui propose au coeur du 8ème arrondissement de Paris une cuisine japonaise spécialisée dans les udons ; Origins 14, le nouveau restaurant du jeune britannique Ollie Clarke et qui a repris les murs de l’ancienne Régalade, ou encore Saperlipopette ! la table du médiatique chef Norbert Tarayre, installé à Puteaux. Avec trois restaurants distingués d’un Bib Gourmand cette année, Les Canailles Ménilmontant, Le Desnoyez et Le Jourdain, le 20ème arrondissement compte parmi les arrondissements de la capitale les plus riches en nouveautés.

Avec 72 Bib Gourmand, l’Occitanie complète ce trio des régions les plus dynamiques. 12 nouvelles tables ont ainsi été distinguées cette année comme Disini à Montpellier où la talentueuse chef Delphine Borrewater propose une cuisine raffinée et gourmande, Chez John à Ambres dans le Tarn, tenu par le chef anglais John Curtis ou encore Le Carré de l’Ange situé en Ariège près de Saint-Girons.

Parmi les nouvelles adresses sélectionnées en 2018, certaines ont été imaginées par des chefs déjà distingués d’une ou plusieurs étoiles et qui souhaitent compléter leurs offres en proposant, en plus de leur table gastronomique, une cuisine de qualité mais plus simple et abordable. C’est le cas pour Le Jardin des Crayères, situé à Reims et supervisé par le chef Philippe Mille, Le Bistrot, à Bonnétage (Franche-Comté), seconde adresse du chef Jacques Barnachon, Le Bistrot du 11 à Versailles créé par le chef Jean-Baptiste
Lavergne-Morrazina, Le Cottage à Chonas-l’Amballan près de Vienne et tenu par le chef Philippe
Girardon, ou encore Le Café des Artistes à Ville d’Avray, qui complète l’offre gastronomique aux Etangs de Corot par le chef Rémi Chambard. »

 

VOS RÉACTIONS

Laissez votre commentaire