Dans les ouvertures 2016, le B&B Hotel Postdam en Allemagne.

Le numéro trois français de l'hôtellerie économique (derrière Ibis et Campanile) a réalisé un volume d'affaires de 424 milllions d'euros en 2016 en croissance globale de 15 % par rapport à 2015 et de + 10 % en France. Le chiffre d'affaires à iso-périmètre n'est pas communiqué.

Ses résultats ne sont pas en reste, son Excédent Brut d'Exploitation (EBE) progresse en effet de + 16,7 % à 84 millions d'euros. De quoi réjouir son principal actionnaire depuis mars 2016, le fonds d'investissement PAI Partners, et le convaincre d'accélérer le développement européen de la marque.

Une croissance portée donc par l'extension du parc, B&B Hôtels a en effet ouvert 36 établissements au cours de l'exercice 2016. Son réseau comptait 392 hôtels, dont 253 en France, 90 en Allemagne, 24 en Italie, 19 en Espagne, 5 en Pologne, 1 en République Tchèque et 1 au Maroc pour un total de 33.600 chambres et 6,8 millions de nuitées vendues en 2016.

"Le groupe B&B connaît une croissance continue depuis plusieurs années qui lui permet aujourd'hui d'afficher de fortes ambitions sur les marchés français et internationaux", explique Georges Sampeur, président du directoire de B&B, cité dans le communiqué.

Selon lui, "l'ouverture, cette année, du 100ème hôtel en Allemagne confirme la dynamisme et la pertinence de la stratégie du groupe. Le renforcement des équipes, associé à l'ouverture d'établissements dans de nouveaux pays, nous aident à envisager sereinement l'avenir du groupe", affirme M. Sampeur.

"Nous comptions 120 hôtels en 2007, nous en totalisons près de 400 aujourd'hui. L'idéal serait d'atteindre 1.000 établissements mais nous visons déjà 600 hôtels dans le monde à horizon 2020", a pour sa part expliqué à l'AFP Fabrice Collet, directeur général du groupe B&B Hôtels. Une expansion qui sera équilibrée par tiers entre la France (80 villes moyennes sont ciblées), l'Allemagne (100 unités en 2017 et un potentiel de 250) et l'Europe du Sud et centrale.

En parallèle, le groupe a engagé la rénovation du parc en revisitant son concept Econochic©. Il avait annoncé le 20 février 2017 le lancement d'un plan de 100 millions d'euros pour moderniser 160 de ses hôtels sur trois ans. Le parc n'avait pas été rénové depuis la création de l'enseigne en 1990. " Le but est avant tout de renforcer l'image de la marque. Sur un total de 252 établissements en France, nous allons en rénover 160, car le reste concerne de nouveaux établissements", expliquait à l'AFP Vincent Quandalle, directeur général B&B Hôtels France.

"Renouvellement des façades, nouveaux espaces de convivialité, nouvelles chambres et salles de bains... La chaîne a l'intention en 2017 de rénover 84 établissements en France et, en parallèle, doit ouvrir 15 nouveaux établissements dans l'Hexagone, avec des implantations plus urbaines", poursuivait M. Quandalle.

"Expert européen de l'immobilier hôtelier, Foncière des Régions sait aussi accompagner ses partenaires dans leur transformation et dans l'évolution de leur concept. L'immobilier constitue aujourd'hui un formidable levier pour répondre à l'enjeu du renouvellement de l'offre hôtelière en France", affirmait Dominique Ozanne, directeur général Hôtels de Foncière des Régions, groupe partenaire de B&B Hôtels, cité dans ce communiqué.

Partenaires depuis 2012, Foncière des Régions et B&B Hôtels avaient annoncé en février le renouvellement et la prolongation pour une durée de 12 ans fermes de 158 baux d’hôtels B&B situés en France et propriété de Foncière des Régions.

A fin février, Foncière des Régions détenait 236 hôtels B&B, dont 5 en développement, situés à 78% en France et 20% en Allemagne, le solde étant localisé en Espagne. L’année 2016 a notamment été marquée par l’acquisition de 12 hôtels B&B en France et en Espagne par Foncière des Régions qui continue d’accompagner son partenaire dans son développement européen, notamment en Allemagne et en Espagne.

logo-b-b
Cinq actionnaires se sont succédés depuis 2003 au capital de B&B Hôtels

Le capital de B&B Hôtels ( B&B ne signifiant pas Bed & Breakfast) passe d’un fonds d’investissement à l’autre depuis 2003.  En l’espace de 13 ans, le groupe a changé cinq fois d’actionnaires.

La première cession date de 2003. Le groupe brestois Brannelec (Oceania Hotels) qui a créé B&B en 1990, vend B&B (100 hôtels à l’époque) à Duke Street Capital (avec LBO) pour environ 200 millions d’euros.

La dernière s’est déroulée fin 2015. En décembre, le fonds PAI entre en négociation avec son confrère américain Carlyle pour lui racheter le groupe « écono-chic » toujours présidé à l’époque par Georges Sampeur (ex PDG de Carlson WagonLit France) arrivé avec Duke Street. PAI aurait offert environ 800 millions d’euros, selon des sources évoquées par Les Echos. Un prix qui valoriserait le groupe hôtelier autour de 11 fois son ebitda attendu pour 2015.

Avant de le céder à PAI, Carlyle avait racheté B&B Hotels en 2010 à Eurazeo pour la somme de 485 millions d’euros. Le fonds européen l’avait racheté lui-même en 2005 à Duke Street Capital pour 383 millions d’euros. Duke ne sera donc resté dans B&B que deux ans, l’achetant 200 millions en 2003 et le revendant 383 en 2005.

Sans la puissance financière de ces fonds, sans le savoir-faire de Georges Sampeur et sans surtout la pertinence innovante du concept B&B dans l’hôtellerie économique, le réseau B&B n’aurait sans doute pas  triplé de taille en 13 ans ni sa valeur quadruplé.

VOS RÉACTIONS

Laissez votre commentaire