Areas regroupe les activités de concession d'Elior Group. En particulier la restauration dans les gares (comme ici, en photo, à Paris le hall 2 de la gare de Lyon), aérogares, aires d'autoroutes et établissements publics culturels. Ces activités représentent 28 % du chiffre d'affaires de son exercice 2017-2018 (1,832 Md€) et 36,3 % de son Ebita retraité (105 M€).

Selon l'agence Reuters, le groupe italien Autogrill a fait une offre de reprise d'Areas, numéro trois mondial de la restauration de concession que son propriétaire Elior Group envisage de mettre en vente. Autogrill (4,6 md€ de CA en 2017) se revendique leader mondial de la restauration et des services dédiés aux voyageurs.

Selon plusieurs sources interrogées par Reuters, Elior effectuera d’ici début mars une sélection des meilleures offres de reprise d’Areas. “Il faut maintenant faire le tri et décider qui va être admis au deuxième tour, dont le deadline sera pour début mars”, a précisé l'une de ces sources. Outre Autogrill, d’autres offres, émanant d’acteurs stratégiques mais surtout de fonds d’investissement, ont également été reçues, toujours selon une source de Reuters.

Areas pourrait valoir entre 1,5 milliard et 2,0 milliards d’euros, sur la base des évaluations des analystes.

Areas, qui a réalisé un chiffre d’affaires de 1,8 milliard d’euros soit 27% des ventes totales d’Elior sur l’exercice 2017-2018, serait priori une cible pour des fonds d’investissements comme Carlyle, KKR, Lonestar ou encore Blackstone.

A ce stade, il est prématuré d'affirmer qu'Elior Group a définitivement abandonné la piste d'une introduction en Bourse d'Areas. Le groupe refuse officiellement de commenter le dossier mais avait indiqué le 4 décembre, lors de la présentation de ses résultats annuels, qu'il prendrait une décision au cours du premier semestre 2019.

Le 13 novembre dernier, Elior Group avait annoncé étudier l'hypothèse d'une scission de sa filiale Areas, numéro trois mondial de la restauration de concession. Une annonce qui faisait bondir un cours de Bourse plombé depuis le début de 2018 par des avertissements sur résultats à répétition.

La séparation de ces deux métiers pourrait accélérer leur expansion respective, leur offrir des ressources adéquates et leur donner davantage de valeur. C'est du moins l'hypothèse qu'Elior Group veut vérifier et valider.

VOS RÉACTIONS

Laissez votre commentaire