Accor, commentant son exercice 2019, fait état de résultats solides et d'une transformation réussie, malgré les perturbations sur certains de ses marchés touristiques, qui ont pesé sur son activité en France, notamment en région parisienne, en Chine, à Hong Kong et en Australie.

Les revenus du groupe hôtelier ont atteint 4,049 milliards d’euros l’an dernier, en hausse de 16% et de 3,8% à périmètre et changes constants.

Dans la principale branche HotelServices, le “RevPar” (revenu par chambre disponible) affiche une progression globale de 1,7% sur l’exercice.

En France, le RevPar est en hausse de 2,6% à données comparables grâce à une “excellente” première partie de l’année, soutenue par des événements tels que le salon du Bourget ou la Coupe du monde féminine de football.

La fin d’année a toutefois été “plus modeste” en raison de l’absence de certaines grandes conventions et des grèves dans les transports en région parisienne qui ont impacté la clientèle d’affaires au quatrième trimestre.

L'Asie-Pacifique affiche un revenu par chambre négatif en 2019 (-0,9%), qui s'est encore dégradé au quatrième trimestre (-1,9%). En Chine, le RevPar a été plus lourdement pénalisé avec un recul de 6,1% en 2019, en raison des tensions commerciales entre la Chine et les États-Unis et des troubles politiques à Hong Kong. Ce qui a fait plonger son RevPar de 90% depuis la mi-janvier.

L’excédent brut d’exploitation d’Accor s’établit à 825 millions d’euros, dans le bas de la fourchette d’objectif qui avait été communiquée par le groupe (entre 820 millions et 840 millions d’euros).

“Nous sommes confiants dans notre capacité à poursuivre sur le moyen et long terme une trajectoire de croissance, et à accroître de manière durable le retour à nos actionnaires”, a indiqué Sébastien Bazin, le PDG du groupe qui n’a pas donné de prévisions chiffrées pour 2020.

Lors d'une conférence téléphonique, Accor a fourni quelques informations sur l'impact du coronavirus. 200 hôtels sur 375 sous enseigne Accor sont fermés à la réservation en Chine. La Chine continentale, Hong Kong et Macao ne représentent toutefois que 3 % du chiffre d'affaires du groupe.

"l'épidémie n'a causé "à ce jour que 5 millions d'euros d'absence de redevances", a déclaré son PDG Sébastien Bazin sur BFMTV. "Ce n'est pas grand chose pour l'instant", a-t-il dit."Une grande partie des hôtels fermés ont été mis à disposition des autorités chinoises pour les accompagner pour héberger toutes les équipes médicales, pour donner de l'alimentaire, pour tous ceux qui travaillent dans les hôpitaux", a-t-il également précisé.

Sébastien Bazin, PDG de Accor (extraits de sa déclaration)

« En 2019, le Groupe affiche une nouvelle fois des résultats records. Ces performances sont d’autant plus marquantes qu’elles s’inscrivent dans un contexte macroéconomique perturbé et ont été atteintes alors que nous achevions notre transformation en parallèle à notre développement.
Aujourd’hui plus diversifié que jamais, et pleinement asset light, Accor poursuit
la mise en oeuvre de sa stratégie et se concentre sur l’exécution de sa feuille de route et la création de valeur. (…)
(…) Nous concentrons nos efforts sur les fondamentaux qui font la force de notre modèle : l’implication et le talent de nos 300 000 collaborateurs, notre portefeuille de marques puissantes, nos outils de distribution et de fidélisation performants, notre leadership affirmé dans les zones à fort potentiel, et notre situation financière extrêmement solide.
Grâce à ces atouts, nous sommes confiants dans notre
capacité à poursuivre sur le moyen et long terme une trajectoire de croissance, et à accroitre de manière durable le retour à nos actionnaires ».

Chiffres clefs enregistrés sur l’exercice 2019
  • Chiffre d’affaires de 4 049 M€ en hausse de 16,0% (+3,8% à périmètre et change constant)
  • Excédent Brut d’Exploitation de 825 M€ en hausse de 14,8% (+5,9% A PCC)
  • cash-flow récurrent de 434 M€
  • Résultat net part du groupe de  464 M€
  • Développement de 327 hôtels et 45 108 chambres
  • Parc hôtelier de 5 036 hôtels et 739 537 chambres
  • Pipeline de 208 000 chambres (1 206 hôtels), à 76% dans les marchés émergents
  • Programme de rachat d’actions (retour aux actionnaires) : 600 M€ en 2020 et 400 M€ en 2021
La ventilation du chiffre d’affaires par grandes activités

Première branche du groupe, HotelServices a généré un volume d’affaires de 22 milliards d’euros (vs 20 milliards d’euros l’exercice 2018), et un chiffre d’affaires de 2 894 millions d’euros, en progression de 4,6% à données comparables, portée par la diversification de la géographie de ses activités et la croissance du parc hôtelier.

Au sein de cette branche HotelServices, le CA des redevances de Management & Franchise (M&F) s’élève à
1 026 millions d’euros, en hausse de 3,8% à données comparables. L’Europe à elle seule pèse à elle 525 millions d’euros (+4% en pcc).

Hors Orbis (cédé depuis) et le portefeuille des hôtels Mövenpick en location, le parc des Actifs Hôteliers
comprend 163 hôtels et 29 417 chambres au 31 décembre 2019.

Les Nouvelles Activités (services de conciergerie, location de résidences de luxe, ventes privées de séjours hôteliers et services digitaux pour hôteliers) présentent un chiffre d’affaires de 159 millions d’euros en progression de 3,8% à données comparables. La croissance de 7,2% en données publiées reflète les acquisitions de ResDiary et Adoria respectivement en avril et juin 2018.

 La marge sur excédent brut d’exploitation est en baisse de 0,2 point à 20,4%

La marge sur EBE d’HotelServices s’inscrit en baisse de 1,8 points impactée par les coûts associés à son plan d’investissement marketing lancé en février 2019 et reporté dans les Services aux propriétaires.

La marge sur EBE des Actifs hôteliers est en baisse de 7,3% (en pcc), elle traduit la forte exposition de cette division à l’Asie-Pacifique, et notamment à l’Australie, où la croissance du RevPAR est négative. L

Les Nouvelles Activités affichent une nette amélioration de l’EBE à -2 millions d’euros en 2019 contre -20 millions d’euros en 2018 reflétant, indique Accor les premiers résultats de la stratégie de restructuration et de rationalisation des activités de onefinestay et John Paul. Comme attendu, l’EBE est à l’équilibre au quatrième trimestre 2019.

Un résultat d’exploitation en baisse

Au cours de l’exercice 2019, soutenue par la reconnaissance d’une importante plus-value de 301 millions d’euros liée à la cession d’environ 5% du capital de Huazhu et compensant la perte de valeur d’un montant de 150 millions liée à Mantra, le résultat net des activités poursuivies  s’améliore sensiblement pour s’établir à 447 millions d’euros. Le résultat net part du groupe s’élève à 464 millions d’euros. Sur la même période en 2018, la cession de 65% du capital d’AccorInvest avait permis d’enregistrer une plus-value de 2,4 milliards d’euros.

VOS RÉACTIONS

Laissez votre commentaire