Fondateur de Sodexo et président du conseil d’administration du groupe, Pierre Bellon et ses enfants seraient la première fortune dans l’hôtellerie restauration et la vingt-neuvième tout secteur confondu, selon le magazine Challenges.

1 milliardaire et 12 multi millionnaires, ils sont 13 à appartenir aux 500 plus grandes fortunes professionnelles de France, selon le classement 2009 du magazine Challenges. Leur identité, leur poids, leurs recettes : données de Challenges, analyse de HR-infos.

Le classement complet sur le site de Challenges


———

Le classement 2009

en millions d’euros, extrait du classement

N°29-Pierre Bellon et ses enfants-1 467 M?- Sodexo- Restauration et services

N°43-Famille Desseigne-Barrière-692 M?- Groupe L Barrière- Casino et H.

N°88- Robert Zolade – 350 M?-Elior – Restauration sous contrat

N°113- Bernard Bellon et sa famille-279 M?-Sodexo- Restauration et services

N°134- Gérard Brémond – 231M? – Pierre et Vacances – Résidence loisirs

N°135- Louis Le Duff – 230 M? – Groupe Le Duff – Agroalimentaire et Rest.

N°194- Olivier Bertrand – 140 M? – Groupe Bertrand – Restauration

N°194-Gilbert et J-Louis Costes et leur famille-140 M?-Groupe Costes-Rest

N°241- Gérard Joulie – 100 M? – groupe Joulie – Restauration

N°266- Paul Dubrule – 91 M?- Accor – Hôtellerie et services

N°266- Gérard Pélisson – 91 M? – Accor – Hôtellerie et services

N°361- Olivier Sadran – 65 M? – Newrest – Restauration

N°407- Régis Arnoux et sa famille- 57 M? – Catering International services

Précisions
– Pierre Bellon conteste l’évaluation de Challenges. Il l’estime pour sa part, précise le magazine, à moins de 1 milliard, compte tenu des dettes de son holding.

———

Méthodologie

– Par fortunes, Challenges entend « fortunes professionnelles ». Calculées, pour les sociétés cotées, à partir des cours de bourse multipliés par le nombre d’actions détenues, et pour les sociétés non cotées, à partir de leurs chiffres d’affaires, résultats et actifs nets.

– Les estimations sont soumises aux intéressés, selon une procédure contradictoire qui permet de les corriger ou de les contester publiquement.

– Sont exclus des chiffrages les biens immobiliers détenus à titre personnel, les oeuvres d’art et les signes extérieurs de richesse.

——

Le making of du classement

—–

Ce n’est que notre avis (mais on le partage !)

Peu d’élus!

Ils sont 13 dans l’hôtellerie restauration à se partager un patrimoine de 3,933 milliards d’euros, la seule part de Pierre Bellon et ses enfants en pesant 37 %. Ce pactole a diminué de 8,6 % par rapport à 2008. Par comparaison, la fortune totale des 500 plus riches de France ( 194 milliards) a fondu de 24 %.

Sur ces treize, trois pontes de la restauration parisienne ont vu leur fortune s’accroître entre 2008 et 2009. Dans des proportions élevées pour les frères Gilbert et Jean-Louis Costes (+ 75 %) et pour Gérard Joulie ( + 42,9 %). Et très confortables pour Olivier Bertrand (+16,7 %).

Si la fortune professionnelle de la famille Pierre Bellon est restée stable (6 M? de mieux), celle des huit autres grands riches s’est en revanche écornée. Pour Paul Dubrule et Gérard Pélisson surtout : les deux cofondateurs d’Accor, ont vu la valeur de leurs actifs fondre de 36 %, en raison de la baisse du cours d’Accor. Mais une forte baisse aussi pour Louis Le Duff (- 34,3 %) et pour la famille Desseigne-Barrière (-31%). Quant aux patrimoines de Gérard Brémond et de Bernard Bellon (le frère cadet de Pierre Bellon), ils ont un perdu plus d’un quart de leur valeur (27 %). Le recul est encore fort chez celui de Régis Arnoux (-24 %), mais moins accentué pour Robert Zolade (-13,6 %)

Les très riches voient loin et grand !

Rien de nouveau sous le soleil dans la composition de ce club fort restreint des grands riches des HCR. Aucun nouvel entrant en 2009. Les 13 faisaient déjà partie du classement l’an dernier. Un statu quo qui tient certes à la crise du marché, mais aussi et surtout, à la structure de la branche, faiblement capitalisée et valorisée, et très atomisée (80 % de TPE).

Aucun fait nouveau nous parait devoir modifier l’analyse que nous faisions des classements 2007 et 2008 . Nos 13, par bonheur, comptent en grande majorité des entrepreneurs à la fois visionnaires, stratèges et gestionnaires. Les uns ayant créé et développé des marchés nouveaux à une échelle internationale : restauration sous contrat, titre de services, hôtellerie de chaîne franchisée et résidence de vacances (Bellon Pierre, Zolade, Dubrule, Pélisson, Brémond ). Les autres ayant fortement développé leurs actifs sur un plan local (Bertrand, Costes, Joulie), national ou international (Le Duff, Sadran, Arnoux).

Des installés de longue date. Les prétendants ne sont pas légions.

Pour détourner notre cher Rouget de Lisle, il y a fort à parier que les futurs très riches des années 2010-2020 entreront dans la carrière quand leurs aînés y seront encore. Car il n’est pas évident dans l’hôtellerie restauration d’inventer tous les 20 ans des concepts et des modèles de portée mondiale.

Demain, à l’image aujourd’hui des Costes, Bertrand et autre Sadran, il sera sans doute plus aisé, toutes proportions gardées, de constituer et contrôler des groupes de taille moyenne, pouvant entrer dans un « Top 500 » ou un « Top 1 000 ». Quelques uns de ceux là, c’est fort probable, existent déjà (gros hôteliers franchisés, gros restaurateurs à thèmes), que Challenges n’a pas encore repérés.

—–

Enquête : Challenges

Texte : Jean-François Vuillerme

Photo : ©Pascal Sittler/REA

——–

VOS RÉACTIONS

Laissez votre commentaire