Edouard Philippe et ses conseillers en décembre 2017 lors d'une réunion de travail pour la préparation du Conseil interministériel du tourisme du 19 janvier.

Renforcement de la promotion de la destination, forte hausse des soutiens financiers à l'investissement, création de France Tourisme Ingénierie, lancement en juin 2018 du "Davos de la gastronomie", révision du classement des campings et des résidences touristiques... Le deuxième Conseil interministériel du tourisme, réuni à Matignon le 19 janvier par Edouard Philippe, fut riche en annonces diverses qui seront engagées dès cette année. Vous en retrouverez le détail ci-dessous.

Le CIT d'abord mis l'accent sur "l'efficacité" des premières mesures prises à l'été 2017, dans la foulée du premier conseil de juillet 2017. C'est ainsi que huit nouveaux pays bénéficient de la délivrance des visas des moins de 48 heures. Avec un effet probant, les visas accordés à la Russie ont augmenté de 60 % en 2017 et de + 36 % en Inde.

En matière de réduction des files d’attente aux départs et aux arrivées des aéroports franciliens, 335 effectifs supplémentaires ont été déployés sur Orly et Roissy, 90 SAS biométriques à reconnaissance faciale seront installés d’ici la saison estivale 2018, d’un outil automatique de mesure du temps d’attente en temps réel sera mis en place. Enfin, concernant le nettoyage

Concernant le nettoyage des grandes voies de circulation non concédées qui relient Paris à ses aéroports, 4 millions d’euros ont été budgétés pour une montée en puissance du dispositif à la fin de l’année. Enfin, la plateforme DATAtourisme a été lancée à l’automne 2017 pour collecter, et diffuser en open data les données d’information produites par les acteurs touristiques territoriaux.

La Confédération des Acteurs du Tourisme (CAT) considère que les mesures "vont dans le bon sens et espèrent qu'elles seront amplifiées dans les années à venir". La CAT appelle les élus locaux "à faire preuve de la transparence la plus totale sur l’utilisation du produit de la taxe de séjour censé être utilisé pour les seules dépenses liées au tourisme et notamment pour la promotion et l’accueil dans les territoires. En 2019, 500 millions d’euros seront versés aux collectivités, essentiellement par les professionnels au titre de la taxe de séjour. Il est pleinement légitime pour ces derniers d’être consultés et associés pour son affectation."

La CAT s’étonne, néanmoins, que l’Assemblée nationale et le Sénat ne se saisissent pas de la dynamique que le Gouvernement et les professionnels s’attachent à définir et mettre en œuvre. Et d'affirmer que parmi les 115 groupes d’études crées et en cours de constitution à l’Assemblée Nationale aucun n’est dédié spécifiquement au tourisme.

Du côté du GNI (Groupement national des Indépendants de l'Hôtellerie Restauration), les réactions sont positives. «Attention à ne pas oublier les TPE PME du secteur, juge Didier Chenet. Le tourisme en France c’est aussi et surtout de très petits établissements dont la trésorerie a été asséchée par les mises aux normes sécurité et accessibilité. Pour leur donner l’envie et les moyens d’investir, il est indispensable d’organiser un accès direct au crédit et un accompagnement de proximité ». Et d'ajouter que le Premier Ministre a décidé d’inscrire ce point à l’ordre du jour du prochain CIT ( 17 juillet). Le GNI veut à cette occasion exposer son projet de fonds souverain dédié au tourisme, piloté par des représentants de l’Etat mais aussi des professionnels du tourisme et de l’investissement.

Les principales décisions annoncées lors du 2 ème Comité interministériel du tourisme
1 – Renforcement des ressources d’Atout France

Le Gouvernement va affecter à l’opérateur 3% des recettes annuelles de délivrance des visas, soit environ 6 M€.
Cette somme aura un effet de levier de financements provenant à la fois des régions et du secteur privé. 6M€ supplémentaires de fonds privés devraient ainsi être dégagés au profit de la promotion dès 2018.

Au total, 15 millions d’euros supplémentaires de promotion internationale pourront bénéficier à la France dès 2018. L’objectif est d’atteindre 1€ de promotion par touriste accueilli en 2020.

2 – Lancement du « Davos de la gastronomie »

En 2019, trois événements pour la gastronomie, axe de différenciation touristique, seront rassemblés autour du même nom « Good France/Goût de France » et se tiendront à des dates proches, à la fin du printemps  :

  1. l’opération annuelle « Good France/Goût de France » de célébration de la cuisine française à l’étranger
  2. le « Davos de la gastronomie » qui fera de Paris la capitale mondiale des débats sur les évolutions des goûts et des modes de consommation
  3. la « fête de la gastronomie », grand rendez-vous populaire où les professionnels de partager leurs talents, leurs savoir-faire et terroirs
3 – Des mesures concrètes pour renforcer l’investissement

MESURES DE SIMPLIFICATION

  • Lancement de la réforme du régime des stations classées et du classement des offices de tourisme
  • Révision des classements des campings et des résidences de tourisme
  • Accompagnement des plus petits hébergements touristiques dans leur mise en accessibilité

MESURES D’ACCOMPAGNEMENT 

  • Création de France Tourisme Ingénierie, guichet unique d’expertises qui met l’Etat au service des porteurs de projets.
  • Cet outil partenarial associant la Caisse des dépôts et consignations (CDC) et la future Agence nationale des territoires visera à accompagner les territoires et les porteurs de projets privés.

MESURES DE FINANCEMENTS

  • La CDC amplifiera ses interventions en tant qu’investisseur territorial en s’engageant à investir sur sa section générale 500 M€ sur 5 ans. En renforçant son engagement sur les territoires, la CDC contribuera ainsi à réaliser près de 3,5Md€ d’investissements en faisant levier sur les autres
    investisseurs publics et privés.
  •  l’enveloppe (200 M€) du fonds Investissement Tourisme (FIT) de BPI sera doublé (200 M€)
  • le prêt hôtelier est assoupli et augmenté, son plafond passant de 400 k€ à 1M€. La CDC réalimentera le fonds de garantie de 24 M€ de façon à permettre aussi le champ du prêt à d’autres natures d’interventions et de bénéficiaires.
Edouard Philippe, extrait de son discours du 19 janvier au Conseil interministériel du Tourisme

« J’évoquais tout à l’heure l’objectif national de 100 millions de touristes accueillis en 2020. Cet objectif sera sans doute atteint. Surtout quand on sait que la France aura accueilli en 2017 près de 90 millions de touristes. Vous l’aurez compris, au-delà des chiffres, la question est de savoir quel tourisme nous voulons pour notre pays pour les dix ou quinze prochaines années.

Pour moi, un séjour en France doit demeurer quelque chose d’unique. Pour être unique, ce séjour doit évidemment comprendre des étapes incontournables comme Paris et le Mont-Saint-Michel. Mais on le rendra vraiment incroyable si on y inclut des chemins de traverse. Des chemins qui conduisent au cœur des régions de France, au cœur de ces joyaux architecturaux et naturels que nous, Français, connaissons bien, mais que nos amis étrangers ne soupçonnent pas toujours. »

VOS RÉACTIONS

Laissez votre commentaire